Invitée : Elise à la Alvin Ailey School à New York City

Voyageuse invitée : Élise nous raconte son séjour en stage à l’école de danse Alvin Ailey School à New York.

Qui est Élise ?

Nous avons le plaisir de vous présenter notre première voyageuse invitée : Élise. Élise et Alice se sont rencontrées lors d’un cours en commun en licence de Lettres Modernes à l’université de la Sorbonne Nouvelle. Depuis, leurs chemins sont allés dans des directions différentes, mais se croisent de temps en temps. C’est toujours grâce à la danse : un des centres d’intérêt d’Alice, l’univers d’Élise. Sa joie de vivre et sa générosité incroyables poussent toujours à la suivre dans ses aventures. La sachant à New York alors que nous y étions – même si nous n’avons pas pu nous croiser – nous n’avons pas pu nous empêcher de lui demander de nous faire partager un petit bout de son nouveau quotidien new yorkais à la Alvin Ailey School


Une Parisienne à New York

New York City, 8h30 du matin, le piano entame un extrait de The man I love, une musique d’un Américain à Paris.

C’est exactement le contraire que je vis ici : une Parisienne en Amérique. L’idée me plaît, et j’ai le sentiment que ce choix musical est le clin d’oeil d’un esprit impalpable, pour me donner du courage.
Je danse.
Mon corps est encore un peu endormi, il est aussi endolori de la veille, je vais travailler sur cette sensation. Je n’ai pas l’habitude de danser de si bonne heure.

Elise @ Alvin Ailey School NYC
Elise @ Alvin Ailey School NYC

Voilà  un mois que je suis ici, mais rien n’est encore une habitude tant tout est nouveau et exceptionnel.

Je suis à la barre, nous en sommes à l’exercice des ronds de jambes, à côté de moi se trouve une immense baie vitrée qui donne sur l’extérieur. Le studio est situé au 5ème étage et je peux voir les buildings tenter de toucher le ciel en même temps que je danse. Difficile de ne pas décoller mon regard de cette image qui semble toujours aussi irréelle. Impossible de s’y faire, de s’y habituer : c’est tellement grandiose.

L’arrivée à New York

Quand je suis arrivée à New York, j’ai eu l’impression d’être un bébé : rien ne m’était familier, je ne comprenais même pas tout ce que les gens disaient.

Le moindre instant ici est un apprentissage, car je suis confrontée à une autre langue, à une autre culture, à une autre organisation, et des lieux différents de ce que je connais. Cela a été à la fois très excitant et aussi déstabilisant. Voyager m’a littéralement fait revenir à l’état d’enfant, et j’ai retrouvé la sensation d’avoir envie d’apprendre de tout ce qui m’entoure. J’ai eu besoin de deux bonnes semaines d’adaptation avant de retrouver un état émotionnel vivable. Néanmoins, j’ai toujours l’impression d’être constamment à vif, et de vivre tout plus intensément ici.

Les émotions sont-elles proportionnelles au degré d’aventure ?

Je ne sais qu’une chose, c’est qu’il m’est arrivé souvent de vouloir les débrancher pour vivre sereinement cette incroyable expérience.
Ce que je ne savais pas dans ces moments-là , c’est que les émotions, qu’elles soient agréables ou insupportables, font partie de l’expérience. Et surtout, elles prouvent que nous sommes vivants et humains.

L’histoire de cette aventure

J’ai passé une audition pour venir ici 6 semaines durant, pour un programme intensif de danse classique et jazz.

La danse est ma passion de toujours, j’ai le sentiment d’avoir toujours dansé, et que cela fait partie de mes besoins primaires, comme nous avons besoin de manger ou de dormir. J’ai découvert la compagnie Alvin Ailey American Dance Theater en 2012, alors qu’ils étaient invités par le festival les Etés de la Danse à Paris. Ma professeur de danse m’a conseillée d’aller les voir, ce que j’ai fait docilement. J’ai choisi une date un peu au hasard, et donc un programme au hasard.

Je me souviendrai de cette soirée toute ma vie.

Le genre d’expérience de spectateur qui fait à mes yeux du spectacle vivant un créateur de magie. L’image de ces danseurs se prenant la main, en ligne, de dos, ces lumières qui s’allument comme des étoiles contre le cyclo, la musique qui marque un accent et le temps qui semble s’arrêter… tout juste le temps pour moi de me mettre à pleurer, tant en un instant ils m’ont rendue vulnérable, tant ils m’ont bouleversée.

C’est pour cela que j’aime l’art,
c’est quand il est bouleversant.

Et c’est pour ces instants-là que je danse. Je rêverais, un jour, de créer ce sentiment chez quelqu’un. Je voudrais réussir à être bouleversante.

C’est donc un rêve qui m’a amenée à tenter cette audition, pour marcher dans leurs pas, pour découvrir leur lieu de vie et de travail. Je ne me suis pas beaucoup renseignée sur le contenu de la formation. La Alvin Ailey School de New York, c’était un argument suffisant à mes yeux pour vouloir y aller.

Le Summer Intensive Program de la Alvin Ailey School

J’ai été acceptée pour le Summer Intensive Program, et je suis aujourd’hui en plein dedans.

Mon quotidien se déroule dans ce lieu incroyable, composé de 12 immenses studios, d’un petit théâtre et même d’une boutique souvenir. Les murs sont couverts d’affiches et de photographies de la compagnie, et je vois sur les panneaux d’affichage leurs emplois du temps. Ils sont là, ils vivent là, et moi… je suis là aussi !
J’ai trois cours de danse par jour du lundi au vendredi, cela revient à une vingtaine d’heures par semaine. Le rythme est intense, parfois difficile à suivre. Je tente de vivre sainement mon quotidien pour aborder le programme de la manière la plus efficace possible.
Le soir, je suis généralement très fatiguée et me repose.

Elise @ Alvin Ailey School NYC
Elise @ Alvin Ailey School NYC

La vie à New York

Mes week-ends sont consacrés aux visites.

J’essaie de voir le maximum de choses, car je ne sais pas si je reviendrai à New York un jour. Cette ville est pleine de ressources ! Montée de l’Empire State Building, visite des studios de la chaine de télé NBC, promenade dans Central Park, et puis bien sûr, spectacles à Broadway ! Je tente tous les jours ma chance à la fameuse loterie, qui permet d’avoir des tickets à des tarifs abordables. J’ai une sacrée chance : j’ai gagné deux fois en 4 semaines !

Je loge dans une chambre située dans une résidence universitaire du Lower East Side (sud de l’île de Manhattan).

Une trentaine d’autres étudiants de la Ailey School logent ici également. Ici, je côtoie au quotidien des personnes qui viennent du monde entier : le stage a attiré des gens de partout aux États-Unis, mais aussi venant d’Inde, de Taiwan, d’Australie, du Canada !

La danse nous rassemble tous autour du même rêve.

Danser, danser, danser…

Je suis venue ici pour vivre mon rêve, en dehors de toute réalité pratique de la vie.

En vrai de vrai, je ne sais pas bien si je serai danseuse professionnelle, je fais juste de mon mieux pour maintenir cette passion bien vivante dans ma vie en multipliant les expériences. Et puis, j’ai fait des études pour être sûre d joindre les deux bouts : une licence de lettres modernes et un master en management culturel.
Ma vie rêvée serait d’abord de pouvoir danser, ensuite de travailler dans un lieu qui programme de la danse. J’ignore ce que l’avenir me réserve, il m’inquiète beaucoup.

Il y a cependant une chose que je ne cesse de me répéter : si j’ignore tout de ma vie future, ma certitude est que j’ai l’instant présent en main, et il n’appartient qu’à moi de le jeter en l’air pour voir comment il atterrit, ou de le saisir passionnément pour le vivre pleinement.

Elise @ Alvin Ailey School NYC
Elise @ Alvin Ailey School NYC

Aujourd’hui, je suis à New York, je danse, et vous savez quoi ?

Je suis terriblement heureuse.

Élise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *