Des livres qui vont vous faire rêver de voyage (1)


Books - Livres, EN FRANCAIS, Mood / Thursday, May 3rd, 2018

De nouvelles catégories s’invitent sur TakeYourBag, et l’une d’elle est la catégorie culturelle. Pour le premier article de cette catégorie, j’ai décidé de parler des livres qui font rêver de voyage et j’ai demandé à des blogueuses francophones de participer. Nous allons donc vous présenter : Au gré du Yukon (Joël Allano), Dans les forêts de Sibérie (Sylvain Tesson), Carnets de Steppes (Sylvain Tesson et Priscilla Telmon) et Vouloir toucher les étoiles (Mike Horn). Comme il y a pleins d’autres ouvrages qui font rêver de voyage – j’en ai des très chers à mon coeur que je présenterai dans les articles ultérieurs – je prévois de nombreux autres articles de ce type.

Si vous avez un livre coup de cœur dont vous voulez parler ou que l’on parle, ou bien si vous vous posez des questions sur un ouvrage que vous aimeriez que nous lisions, laissez-nous un petit commentaire pour nous le dire !

Livres qui donnent envie de voyager

Des livres qui vont vous faire rêver de voyage

Au gré du Yukon. Quatre-vingts jours en canoë, de Joël Allano

Je n’ai absolument pas résisté à l’achat de ce livre le jour – très lointain – où je l’ai vu dans une librairie. En cause, ma fascination extrême pour le Yukon, et pour le kayak.

Pourquoi le Yukon ? Le Yukon est un des territoires du Canada, celui qui longe un côté de l’Alaska. Il s’agit d’un endroit reculé, avec une densité de 0,07 habitant/km2, où la nature est relativement reine. Ce territoire tire son nom de son principal cours d’eau : le fleuve Yukon. Lors de mon premier grand voyage en backpack en Australie, j’ai rencontré des Canadiennes qui ont fait naître cette fascination pour le Yukon.

Elle m’ont raconté qu’au Canada il y avait ce territoire appelé le Yukon et où les gens – elles venaient de rencontrer des gens du Yukon pour la première fois de leur vie, en Australie ! – font de gigantesques fêtes en été lorsqu’il fait jour presque 24h par jour, et hibernent quasiment en hiver – lorsqu’il fait nuit toute la journée.

Je ne me suis pas tellement intéressée à la part de vérité dans leur histoire, j’étais conquise. Le livre Into the Wild avait été un catalyseur de mon départ en Australie, le magique Yukon ne pouvait que m’attirer.

Je ne sais pas pourquoi ce livre est resté fermé sur une des étagères de ma bibliothèque pendant aussi longtemps. Peut-être justement parce que j’avais peur qu’il me pousse trop violemment vers l’aventure – comme l’avait fait Into the Wild – à un moment où j’avais besoin de stabilité dans ma vie, de courage pour finir ce que j’avais commencé (mes études). Quoi qu’il en soit, je l’ai ouvert pour la première fois il y a quelques mois et ne l’ai pas encore tout à fait terminé à l’heure où j’écris ces lignes. Je reviendrai sur cet article lorsque je l’aurai enfin achevé.

Homme en train de faire du canoe au milieu des montagnes

De quoi ça parle ? Il s’agit d’une sorte de journal de route de cette expédition sur le fleuve Yukon à travers le Canada et l’Alaska menée par Joël Allano (l’auteur) et sa femme Joëlle, qui avaient déjà visité le Canada en moto l’année précédente. Le livre raconte jour après jour leur voyage en canoë, les difficultés, les moments sublimes, les rencontres,…

Alors, ça fait rêver de voyage ? Oui, clairement. Bien que l’omniprésence des moustiques puisse faire peur (j’ai été surprise de découvrir dans une autre lecture il y a quelques années que oui, il y a des moustiques dans les régions glaciales, et qu’ils sont peut-être pires que les autres), l’aventure en vaut la chandelle. Jusque là où j’en suis dans ma lecture, rien d’incroyablement horrible ne leur est arrivé, au contraire. Les rencontres sont belles.

J’aime : J’aime beaucoup le format journal. Les suivre jour après jour dans l’aventure est vraiment chouette, ça permet d’avoir l’impression de tout bien savoir du périple. Évidemment, vous l’aurez compris, je suis subjuguée par le sujet. Traverser le Canada et l’Alaska sur un canoë, j’en rêve ! J’adore le fait qu’il donne plein d’informations historiques et géographiques. Ca m’a motivée à faire la même chose sur le blog, et je vous invite à me dire ce que vous en pensez dans mon article sur Québec!

J’aime moins : Je ne sais pas ce qu’il en dirait, mais je trouve l’auteur aujourd’hui presque septuagénaire quelque peu sexiste. Ces derniers temps j’ai une tolérance proche de zéro pour tout ce qui s’apparente de près ou de loin à du sexisme, résultat certains passages m’agacent vraiment. Je ne trouve pas non plus le style d’écriture incroyable, et il manque une certaine dimension émotionnelle qui m’empêche d’être absorbée dans ma lecture. Dommage.

 

On continue de vous faire rêver de voyage dans les contrées glaciales avec le récit de Sylvain Tesson, Dans les forêts de Sibérie

Barbara du blog Terrisse de poche nous parle d’un autre carnet de voyage, celui de Sylvain Tesson : Dans les forêts de Sibérie.

Sylvain Tesson, baroudeur et écrivain, a écrit un livre intitulé “Dans les forêts de Sibérie”. Il y raconte son expérience de vie en ermite pendant six mois, au bord du lac Baïkal. Pour survivre il ne prit avec lui que le strict minimum: nourriture de base, tabasco, vodka et livres. Ecrit tel un carnet de voyage, Sylvain Tesson couche sur le papier ses pensées souvent empreintes d’une grande mélancolie qui, cela peut sembler paradoxal, parfois nous font du bien.

Les descriptions de paysages sont belles et rassurantes, et il est même possible de ressentir le silence infini qui entoure l’auteur, de vivre en ses pensées. Confrontation au vide, au silence absolu, à l’instant présent… à son être intime.

Lecture de voyage mélancolique

Nous oublions si souvent, dans nos vies vécues à un rythme effréné, de nous arrêter, nous poser, regarder simplement, contempler.

La lecture de ce livre m’a permis d’apprendre à “prendre le temps”…Il est une invitation au voyage et, par l’immersion en solitaire dans notre Mère Nature, il nous ré-apprend, comme le chante Moustaki “à prendre le temps de vivre, d’être libre”.

J’y ai puisé deux citations que j’adore, je vous les offre :

“Rien ne vaut de passer un bon moment avec soi-même à parcourir les rayonnages de sa bibliothèque intérieure.”

“Penser qu’il faudrait le prendre en photo est le meilleur moyen de tuer l’intensité d’un moment.”

Vous pouvez également retrouver Barbara sur Instagram !

 

Un autre livre de Sylvain Tesson – et Priscilla Telmon – avec Carnets de Steppes

Visiblement, Sylvain Tesson a le don de faire rêver de voyage ! Marie du blog Globetrotteurs Bulleurs nous parle de l’ouvrage de Sylvain Tesson et Priscilla Telmon, Carnets de Steppes.

Un des livres de voyage que j’ai particulièrement apprécié est Carnets de Steppes de Sylvain Tesson et Priscilla Telmon.

Pourquoi ce choix ? Pour différentes raisons. Déjà, ce périple nous emmène du Kirghizstan à la mer d’Aral, une région encore un peu boudé par les voyageurs et qui offre mille rencontres, qui ne demande qu’a être découverte et redécouverte et que je projette de découvrir le plus rapidement possible.

Carnets de steppes de Sylvain Tesson et Priscilla Telmon

Ensuite parce qu’il s’agit d’une épopée à cheval. Cavalière de longue date, je m’imagine moi aussi parcourir ces vertes étendues, apercevoir au loin les chaînes montagneuses et enneigées, les peuples et les yourtes se trouvant sur le passage ainsi que faire alliance avec un cheval afin de mener à bien ce voyage. Animal indispensable au succès de cette traversée. On découvre donc les joies du voyage équestre et le partage avec l’animal, mais également les inconvénients tels que le fourrage à trouver chaque soir pour les montures, les fers à surveiller ou encore l’eau.

Mais aussi, parce que les auteurs nous livrent vraiment leur impressions et leurs émotions sur l’instant, ainsi que de nombreuses réflexions. De plus, le livre contient de nombreuses images, véritable porte ouverte à l’évasion. Il y en a quasiment à chaque page, ce qui permet de vraiment visualiser leur quotidien et leur périple. On réfléchit en même temps que les auteurs sur le mode de vie, l’introspection mais également sur des points historiques des régions traversées afin de mieux les comprendre et les appréhender.

Alors, oui ce livre m’a fait voyager et je m’imaginais avec eux. C’est cet appel des grands espaces qui m’a dans un premier temps orienté vers ce livre. À la fois récit, recueil, album photo, j’ai pris beaucoup de plaisir à le parcourir, malheureusement un peu trop rapidement.

Le seul point négatif est qu’il trop court, seulement 200 pages que j’ai lues d’une traite.

Mais il m’ont convaincue…j’irai là-bas !

Un récit biographique qui fait rêver de voyage : Vouloir toucher les étoiles, de Mike Horn

Julie du blog Jolies Lueurs nous présente le livre qui la fait rêver de voyage : Vouloir toucher les étoiles, de Mike Horn.

Comment parler de ce bouquin sans évoquer d’abord son auteur, Mike Horn ?
Vous le connaissez sans doute déjà et si ce n’est pas le cas, foncez découvrir la vie de cet aventurier, explorateur et baroudeur de l’extrême qui a voyagé jusqu’aux confins du monde. Entre ascensions des plus hauts sommets, expéditions polaires et aventures en Amazonie, à pied, en bateau, armé de piolets ou de lampe torche, toutes ses explorations sont à la fois passionnantes et incroyables.

Vouloir toucher les étoiles, c’est un patchwork constitué de fragments de vie, d’enfance, de bribes d’aventures et d’un peu de philosophie sur l’existence. Par petites touches, l’auteur partage sa façon de voir le monde. En s’appuyant sur ses expériences, ses rencontres, ses ressentis, il distille en quelque sorte ce qu’il considère comme le sens de la vie. Ces réflexions si justes font écho dans ma façon de vivre et de concevoir le voyage. Je ne peux que vous conseiller ce petit ouvrage, vous y trouverez forcément un chapitre qui résonnera en vous !

Vouloir toucher les étoiles, de Mike Horn
Visuel par Julie du blog Jolies Lueurs

« La vraie valeur dans la vie est en nous-mêmes. Chacun a quelque chose d’unique en lui. Personne, ni rien, ne peut nous le retirer. Cette énergie, ce désir, ne s’achètent pas. La Bourse peut bien s’écrouler, ça ne changera rien, cette valeur est toujours en nous. J’ai compris que l’argent ne m’intéressait pas. Partir à l’extérieur, le plus loin possible, au-delà du mur, pour m’enrichir de l’intérieur, voilà ce qui donne un sens profond à mon existence. »
(Mike Horn)

 

2 Replies to “Des livres qui vont vous faire rêver de voyage (1)”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.